Fédération Colombophile Française

Les expositions

Home Les expositions
by admin

Les expositions de pigeons voyageurs sont organisées par les sociétés, les groupements, les fédérations régionales, nationales et internationales. Elles se déroulent le plus souvent l’hiver, après les concours et quand la mue des pigeons et terminée.

Les colombophiles y amènent leurs plus beaux pigeons. Ceux-ci seront classés par des juges spécialisés dans plusieurs catégories : vieux mâles, vieilles femelles, mâles d’un an, femelles d’un an, jeunes mâles et jeunes femelles. Dans ces catégories, on différencie parfois les pigeons ayant voyagé (preuves à l’appui) et les pigeons n’ayant pas voyagé.
Le classement peut également tenir compte du nombre de prix obtenus dans les concours.

Les pigeons sont d’abord classés selon leurs qualités morphologiques, d’après des critères généralement reconnus : c’est le classement standard. Certains privilégient le classement alaire : la qualité de l’aile est primordiale.

Le classement standard

La tête:
Elle doit être convexe, indifféremment ronde ou légèrement aplatie au sommet. L’arrière tête est profonde, le front est large. La tête est plus petite est plus fine chez les femelles

 

Le bec:
Il est proportionnel à la tête (pas trop long, pas trop gros) et bien fermé.

Le nez ( caroncules) :
Tout en tenant compte de l’âge du pigeon, il ne doit pas être trop volumineux et doit rester sec et blanc

l’oeil:
Les yeux sont bien encastrés, brillent et reflètent la santé du pigeon. La couleur est sans importance. Les membranes des yeux sont fines et bien marquées. Les nuances blanches et grises sont recommandées.

le cou:
Le cou est bien plumé et l’encolure aussi puissante que possible.

l’équilibre et la musculature:
Le corps constitue un ensemble harmonieux et puissant destiné au vol : fermeté, équilibre, aérodynamisme, musculature forte et souple, forme analogue à la poire. Les reins sont larges et bien emplumés.

L’aile:

L’avant-bras de l’aile est épais, le plus court possible et fortement plumé.

  • Le bras, attaché au corps, est le plus court possible et bien musclé.
  • L’aile ouverte est légèrement incurvée.
  • Les plumes de l’avant-bras (aile secondaire ou arrière-aile) sont aussi larges que possible. La longueur des rémiges secondaires doit permettre une bonne portance et leur souplesse assurer le meilleur avancement.
  • Les rémiges de l’aile primaire (couteaux de la main de l’aile) sont larges à la base, et plus effilées et arrondies au sommet. La hampe est souple et résistante à la fois.
  • Les petites plumes de couverture doivent être abondantes et serrées et recouvrir le plus loin possible la base des rémiges afin de les renforcer.
  • Les petites plumes du dessous de l’aile sont abondantes et soyeuses, pour faciliter le glissement dans l’air.

la fourche arriere ( le pubis):>
Les os de la fourche doivent être fermes et tendre à se rejoindre. D’autre part, l’ensemble doit s’approcher le plus possible du sternum (bréchet). Les vieux spécialistes disent toujours : « Quand on quitte le bréchet, on doit être dans les fourches. »
Les fourches molles et écartées constituent un défaut grave. Cependant, on peut être plus indulgent avec les femelles, car la ponte écarte la fourche.

Le croupion:
Il doit continuer harmonieusement la ligne tracée par des reins proportionnés et forts. Il est abondamment plumé de plumes fines et soyeuses, qui avancent le plus possible sur les plumes de la queue.

La queue, les cuisse et les pattes:
Elles doivent être en proportion avec le corps. Pas de pigeon haut perché et pas de queue de pie.

Le plumage:
Il doit être riche et soyeux, la couleur est sans importance

La présentation:
Le pigeon qui voyage est souvent plus tendu que le pigeon réservé aux expositions et se prête moins facilement aux manipulations. Ce manque de pose ne doit pas être considéré comme un défaut.

le poids:
L’expérience montre que généralement, les meilleurs pigeons de voyage sont d’un poids moyen. Il y a donc lieu de pénaliser les pigeons trop lourds ou trop volumineux.

La notation:

 – Tête, oeil et expression sur 10

 – Équilibre et musculature sur 30

 – Ossature générale, bréchet et fourche sur 15

 – Dos, croupion et queue sur 15

 – Aile et qualité de la plume sur 30

 – Total sur 100

Le classement alaire

Les critères standards de sélection du pigeon sont repris, sauf pour les plumes de l’aile.
L’aile du pigeon doit tendre vers celles de l’hirondelle : les cinq premières rémiges primaires seront aussi longues que possible, bien ventilées. Les plumes de l’arrière aile seront plus courtes.
On peut noter un décalage important de la longueur des plumes entre l’avant-bras et la main