Fédération Colombophile Française

Introduction

Home Introduction
by admin

L'ORIGINE DES PIGEONS

Si vous n’avez jamais élevé de pigeons, il est préférable de contacter le président de votre société colombophile : il se chargera de solliciter ses amis qui vous fourniront certainement des pigeons gratuitement. Cette solution vous évitera de perdre au toit, au concours, ou par maladie, des pigeons que vous auriez achetés chèrement.

 – Après une expérience de deux ou trois ans, vous pourrez acquérir des jeunes ou des vieux reproducteurs de bonne souche. Les pigeons voyageurs se vendent parfois aussi cher que des chevaux de course, mais on en trouve aussi des bons au prix de la viande. 
Si vous les achetez cher, mettez ces pigeons en volière ; on n’est jamais assez prudent. Si on vous donne des champions certifiés, mettez-les aussi en volière pour la reproduction. Celui qui vous les a donnés ne serait pas heureux qui vous en fassiez peu de cas.

  – Si vous n’êtes pas certain des capacités sportives des jeunes pigeons que vous avez acquis, préparez-les à voyager.

L'ADDUCTION DES PIGEONS

Adduire des pigeons signifie habituer progressivement dans un pigeonnier des pigeons qui n’y sont pas nés et n’y ont pas grandi, afin de pouvoir les laisser voler librement.

 – S’il s’agit de jeunes pigeons, de trois semaines environ, qui ne sont jamais sortis, il est possible de les adduire rapidement.

 – Si vous avez obtenu vos jeunes à la sortie du plateau et qu’ils commencent à peine à manger seuls, il n’y a pas de problème d’adduction. Il suffit de les laisser librement dans le pigeonnier après leur avoir trempé le bec dans l’abreuvoir. Ils se nourriront seuls quelques jours et dès qu’ils seront assez grands pour grimper sur la trappe, ils  repèreront progressivement les environs. Puis, quelques jours après, ils commenceront à voler… Il ne faut surtout pas les forcer à sortir !!!

  – Pour adduire des pigeons plus âgés, il est bon de disposer sur la trappe une cage grillagée ou un dispositif quelconque qui bloque la sortie et permette aux pigeons de repérer les environs. Les « coulonneux » appellent ce dispositif un « spoutnik ».

 – Si vos jeunes sont âgés d’un mois et ont déjà volé autour de leur colombier d’origine, il est impératif de leur laisser un temps d’observation d’un mois ou deux. Après ce délai, vous pouvez les laisser sortir librement. Certains repartiront peut-être d’où ils viennent.

 – Si ce sont de vieux pigeons, il faut les accoupler avec des pigeons originaires de votre propre colombier et leur laisser deux mois d’observation des environs.

 – Si vous voulez adduire un mâle, attendez la période où il poursuit sa femelle sans arrêt (on dit qu’il « pousse à nid ») et libérez-les ensemble. Vous pouvez aussi tenter de l’adduire quand il a des jeunes de dix jours.

 – Si vous voulez adduire une femelle, attendez qu’elle élève des jeunes de trois jours, prenez-la quand elle est sur ses jeunes et mettez-la dehors avec son mâle.

 – Il y a quand même de fortes chances pour que ces vieux pigeons repartent un jour dans leur pigeonnier d’origine :

  • si vous lâchez vos pigeons avant de les nourrir, alors que l’un d’eux élève des jeunes,
  • si le pigeon adduit est désaccouplé,
  • au retour d’un concours,

et pour bien d’autres raisons.

 – Avant de tenter l’adduction d’un pigeon auquel vous tenez, soyez certain que l’ancien propriétaire vous le rendra, sinon, gardez-le en volière.

 – Si l’ancien propriétaire l’accepte, il est possible d’adduire des vieux pigeons plus rapidement : chaque fois qu’un pigeon retourne chez lui, il ne le nourrit pas, ne l’abreuve pas, il le met sous un seau en fer et frappe plusieurs fois sur le seau avant de le relâcher.
S’il revient chez vous la première fois, c’est parfait. Sinon, récupérez-le et relâchez-le deux jours plus tard. Après deux ou trois expériences de ce genre, il reviendra vous voir. Il faut que le pigeon ne se sente plus en sécurité dans son colombier d’origine , alors que chez vous, il retrouve son partenaire, ses jeunes, le calme et des friandises…