Fédération Colombophile Française

App. génital

Home App. génital
by admin

LE MÂLE

En général, il est plus gros que la femelle, mais il existe aussi de fortes femelles. Le mâle tourne et roucoule dès qu’il voit une femelle. C’est un trait de caractère dominant.

 – L’appareil génital comprend deux testicules, logés sous les reins. Les testicules (ils sont de couleur crème et mous) produisent les spermatozoïdes destinés à la fécondation des oeufs.

LA FEMELLE

La femelle du pigeon pond des œufs, le pigeon est donc ovipare. La femelle est en général plus petite et plus fine que le mâle et ne roucoule que rarement.

 – La femelle du pigeon n’a qu’un seul ovaire, situé sous le rein gauche. L’autre ovaire est atrophié. L’ovaire a la forme d’une grappe, il produit des ovules et des oestrogènes. En principe, l’ovaire libère deux ovules, qui sont fécondés chacun par un des spermatozoïdes du mâle, mais la femelle peut très bien pondre sans fécondation.

 – Au niveau de l’ovaire, l’ovule prêt à féconder est déjà fixé sur le jaune de l’œuf (vitellus). L’ovule libéré avec le jaune est capté par le pavillon. En descendant lentement (quelques jours) par l’oviducte, l’ovule se munit peu à peu des différents constituants de l’œuf. Puis ce dernier aboutit dans le cloaque, prêt à être pondu par l’anus.

 – L’œuf du pigeon pèse environ 20 grammes. Sa constitution est la même que celle d’un œuf de poule. La coquille est blanche et assez fragile. Le blanc de l’œuf reste vitreux, même après cuisson.

LA REPRODUCTION

Les jeunes pigeons voyageurs peuvent s’accoupler dès l’âge de trois mois.

 – S’ils sont séparés depuis une quinzaine de jours, un mâle et une femelle s’accouplent rapidement. S’ils n’étaient pas accouplés ensemble auparavant, il est préférable de mettre la femelle et le mâle dans une grande case qu’ils n’ont jamais occupée pendant quelques jours. Puis vous les enfermez dans leur casier définitif (celui qu’occupait le mâle habituellement, sinon, il cherchera toujours à y retourner). 
Si vous enfermez  directement la femelle dans le casier habituel du mâle, il peut la battre au sang.
L’inverse est aussi possible.

 – Le rapprochement sexuel intervient rapidement. Le mâle monte sur la femelle (il la coche) et la fécondation s’établit par accolement des anus. Le sperme du mâle est alors projeté dans le cloaque de la femelle et les spermatozoïdes remontent l’oviducte pour aller féconder les ovules fixés sur le vitellus, au niveau de l’ovaire.

 – Le couple construit alors un nid de paille, d’herbes sèches… dans un plateau de préférence, et la femelle pond une semaine plus tard. Les partenaires couvent alternativement : la femelle couve le matin et le soir, le mâle en fin de matinée et l’après-midi.
La couvaison dure dix-sept jours, parfois seize en été.

LES JEUNES

Quand ils sortent de l’œuf, ils sont aveugles, très fragiles et incapables de se déplacer comme des poussins. Ils ne portent qu’un fin duvet, inutile contre le froid. Les parents continuent donc à les garder au chaud.

 – A la naissance, les parents gavent leurs petits d’un lait blanc et épais produit par le jabot. Ce lait (pape) est très nourrissant, car d’un jour à l’autre, le pigeonneau double et triple son poids et son volume.

 – Les yeux s’ouvrent le quatrième jour.
Dès le sixième jour, les parents commencent à incorporer des graines broyées au lait du jabot. Les plumes commencent à pousser.

 – Le baguage s’effectue entre le sixième et le dixième jour. On passe les 3 doigts avant dans la bague et on pousse la bague vers le haut de la patte, puis on retire le doigt arrière en insérant la hampe d’une plume entre le doigt et la patte. Si la patte est déjà grosse, mettez un peu d’huile.

 – Au quinzième jour, le pigeonneau, qui est dix fois plus gros qu’à la naissance, ne reçoit plus que des graines et de l’eau. Il est toujours au nid. Son plumage est bien développé et il commence à lutter seul contre le froid.

 – Vers le vingt-cinquième jour, le pigeonneau commence à battre des ailes. Les parents continuent le gavage jusqu’à ses 30 jours, mais on peut le sevrer le 25ème jour. Certains sèvrent leurs jeunes quand la queue atteint 2 à 3 cm.

Quand il n’y a qu’un pigeonneau dans le nid, la mère pond parfois près de lui, dès le vingtième jour et commence une seconde couvaison.

  – A 30 jours, les pigeonneaux sont autonomes et volent.